• Les paysans veulent cultiver leur terre

    Short URL: http://farmlandgrab.org/24750

    Posted in: Mali
       
    Maliweb | 9 avril 2015

     Les paysans veulent cultiver leur terre  « Occupation illicite des terres dans la zone office du Niger » : Les paysans de Sanamandougou résolus à cultiver sur leurs terres lors de la prochaine saison pluvieuse

      Cette journée citoyenne, selon Fassery Traoré, du réseau interact Afrique/Europe, visait à réfléchir sur les voies et moyens pouvant permettre aux victimes qui ont été dépossédées de leurs terres de culture

      Selon Mamadou Coulibaly, le représentant local du réseau Interact Afrique/Europe à Niono non moins président du COPON, sans l’agriculture, il n’y a pas de développement au Mali. A l’en croire, c’est le secteur de l’agriculture plus précisément l’office du Niger qui influe du souffle moteur le développement socio-économique du pays. Et malgré cet état de fait, les paysans sont laissés pour compte et leurs revendications et doléances soumises aux autorités ne sont jamais satisfaites. C’est ce que fera dire Fassery Traoré, que gouverner ne revient pas à se satisfaire soi-même, mais plutôt à œuvrer pour l’intérêt commun du peuple. Avant d’inviter les autorités à reformer l’office du Niger pour le bonheur des producteurs qui font vivre tout un peuple.

      Rappelons que dans leur lutte pour la restitution de leurs terres de culture, la population de Sanamandougou et de Sahou a eu à mener auparavant des manifestations au cours desquelles certaines ont perdu la vie, et d’autres ont été emprisonnées.

      Selon Fassery Traoré, implanté dans plusieurs pays de l’Afrique, le réseau interact Afrique/Europe qui se bat contre l’accaparement des terres, a de son côté, posé plusieurs actions pour que les populations de Sanamandougou et de Sahou puissent retrouver leurs terres de culture. Au nombre de celles-ci, nous pouvons citer l’organisation d’une assemblée populaire sur le droit coutumier le 21 mai 2014. Cela en lieu et place de la grande marche qu’il prévoyait d’organiser à Niono mais qui n’a pu malheureusement se tenir faute de mesures rigoureuses prises par les autorités administratives et communales de la localité qui, accusées de connivence avec Bakary Togola, le président de l’APCAM, ont formellement interdit toutes manifestations même un simple meeting. Aussi, des correspondances ont été envoyées au président IBK, à l’Union européenne et à certaines ambassades concernant cette affaire qui peine à trouver un dénouement heureux.

      Au cours de la présente journée, certains intervenants ont proposé l’organisation d’une grande marche allant de la bourse du travail à la primature pour l’aboutissement de ce combat. L’union des producteurs de coton par la voix de Seydou Touré, a fait part de son engagement à appuyer le réseau Interact et COPON dans cette lutte de longue haleine qu’elle demeure résolu à gagner coûte que coûte.

    Ramata S.Kéita

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :