• Les violeurs restent impunis

      Bangladesh : dans les Chittagong Hill Tracts les violeurs restent impunis

     

    Une famille chakma des Chittagong Hill Tracts, au Bangladesh. Les tribus de cette région vivent sous la menace constante des colons et de l'armée du Bangladesh. Les assassinats, tortures et viols y sont monnaie courante.
       Une famille chakma des Chittagong Hill Tracts, au Bangladesh. Les tribus de cette région vivent sous la menace constante des colons et de l'armée du Bangladesh. Les assassinats, tortures et viols y sont monnaie courante.
                         © Mark McEvoy/Survival

    Selon des militants locaux, des femmes et des jeunes filles jumma des Chittagong Hill Tracts sont violées en toute impunité par les colons. Durant les trois premiers mois de l’année 2014, six cas de viols de femmes jumma ont été signalés.

    Sabita Chakma a été violée et assassinée par un groupe de colons bengalis alors qu’elle se rendait un matin à la rivière, rapportent des sources locales. Lors d’un autre incident, une adolescente a été abandonnée dans la forêt, inconsciente, après avoir été victime d’un viol en réunion. Il y a également de nombreux cas d’agressions sexuelles, y compris une tentative de viol dont l’auteur présumé serait un sous-officier de l’armée.

    Le nombre réel de crimes est probablement beaucoup plus élevé car de nombreux cas ne sont pas signalés – les Jumma étant convaincus que leurs auteurs ne seront pas poursuivis et les victimes de viols sont généralement culpabilisées et stigmatisées. Les forces de sécurité de la région protègent vraisemblablement les violeurs plutôt que la population indigène.

    Le gouvernement du Bangladesh a déplacé des milliers de colons dans la région des Chittagong Hill Tracts, territoire de 11 tribus connues sous le nom collectif de Jumma. Ces tribus ont perdu leurs terres au profit des colons et ont également été soumises à la répression violente de l’armée.

    Samari Chakma, une avocate indigène, a écrit dans un récent article intitulé ‘Quand les violeurs sont Bengalis. Quand le viol devient une arme de nettoyage ethnique’ : ‘Nous les femmes indigènes des collines de Khagrachari vivons dans une extrême anxiété. Aujourd’hui, la région des Chittagong Hill Tracts est un paradis pour les violeurs’.

    Lire en ligne: http://www.survivalfrance.org/actu/10148


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :