• Tribus menacées au nom de la conservation

      Journée mondiale de la vie sauvage : les tribus dénoncent les mauvais traitements au nom de la conservation

    Les Pygmées bayaka et les Baiga dénoncent les abus commis par les gardes forestiers et le harcèlement dont ils sont victimes pour les forcer à quitter leurs terres.
    Les Pygmées bayaka et les Baiga dénoncent les abus commis par les gardes forestiers et le harcèlement dont ils sont victimes pour les forcer à quitter leurs terres.

    © Survival International

    Pour marquer la Journée mondiale de la vie sauvage, le 3 mars, Survival International, le mouvement mondial pour les droits des peuples indigènes, dénonce les violations des droits de l’homme perpétrées contre les peuples indigènes au nom de la préservation de la vie sauvage.

    Des témoignages vidéo irrécusables des Pygmées bayaka de la République du Congo mettent en évidence leur lien intime avec leurs terres et les abus qu’ils subissent aux mains des agents de protection de la faune et des gardes forestiers – qui sont souvent financés par de grandes organisations de conservation de la nature comme le Fonds mondial pour la nature (WWF) et la Wildlife Conservation Society.

    Les vies de milliers de Baiga en Inde ont été détruites lorsqu’ils ont été illégalement expulsés de la réserve de tigres de Kanha – qui a inspiré Rudyard Kipling dans ses nouvelles du Livre de la Jungle. Leurs communautés ont été dispersées et dépossédées de leurs terres, mais les touristes sont les bienvenus dans la réserve.

    Visionnez les témoignages vidéo des Bayaka et des Baiga (sur le site de Survival)

    Bayakas y baigas dénoncent les abus commis à leur égard au nom de la conservationLes vies de milliers de Baiga en Inde ont été détruites lorsqu’ils ont été illégalement expulsés de la réserve de tigres de Kanha – qui a inspiré Rudyard Kipling dans ses nouvelles du Livre de la Jungle. Leurs communautés ont été dispersées et démais les touristes sont les bienvenus dans la réserve.Les écogardes [escouades anti-braconnage] nous abandonnent ici à la famine. Ils ont ruiné notre monde. Si nous tentons de chasser dans la forêt, ils nous frappent si violemment! Ils n’hésitent même pas à nous tuer s’ils nous rencontrent dans la forêt’, a rapporté une femme bayaka.

    Une autre femme bayaka a témoigné en 2013 : ‘Les agents de protection de la faune m’ont dit d’éloigner mon enfant qui était à mes pieds. Puis ils m’ont frappée sur le dos avec des bâtons et je suis tombée par terre. A chaque fois qu’ils me menaçaient, ils me battaient de plus belle’.

    Un Baiga désespéré a déclaré en 2012 : ‘Empoisonnez-nous, finissez-en avec nous ici, c’est bien, mais ne nous déracinez pas!’. En 2014, sa communauté a été expulsée de la réserve de Kanha au nom de la conservation des tigres.

     

    Les Baiga ont été illégalement expulsés de de la réserve de tigres de Kanha qui a inspiré le _Livre de la Jungle_.
    Les Baiga ont été illégalement expulsés de de la réserve de tigres de Kanha qui a inspiré le _Livre de la Jungle_.

    © Survival International

    Les peuples indigènes sont les meilleurs défenseurs de l’environnement, mais ils sont illégalement expulsés de leurs terres ancestrales au nom de la conservation.

    La campagne de Survival Les parcs ont besoin des peuples’ appelle à un changement radical des politiques de conservation, reposant sur le principe que les peuples indigènes sont les meilleurs défenseurs de l’environnement et que les déposséder de leurs terres ancestrales se traduit généralement par la dégradation de l’environnement.

    Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd’hui : ‘Les organisations qui ont pour vocation de promouvoir la conservation de la faune doivent repenser radicalement leurs méthodes de travail. Elles doivent admettre qu’elles-mêmes ne sont que des partenaires de second rang, contrairement aux peuples indigènes qui sont dépossédés de leurs terres et qui sont persécutés et maltraités au nom de la conservation de la nature’.

    Notes aux rédactions :

    - Télécharger le document "Leur terre, notre avenir" (voir plus bas) les cinq principes de la conservation formulés par Survival. (Allez sur leur site).

    - ‘Pygmée’ est un terme générique couramment employé pour désigner les peuples de chasseurs-cueilleurs du bassin du Congo et d’Afrique centrale. Ce terme est considéré comme péjoratif et est évité par certains groupes, mais considéré par d’autres comme un facteur d’identité.

    Lire en ligne: http://www.survivalfrance.org/actu/10682 

      Leur terre, notre avenir

    Les principes de la conservation

    Pour une nouvelle conception de la préservation de l’environnement dans le respect des droits des peuples indigènes au profit de toute l’humanité

    1 - Les peuples indigènes sont généralement les meilleurs défenseurs de l'environnement; ils ont su gérer durablement leurs terres depuis de nombreuses générations.

    2 - Expulser de force les peuples indigènes de leurs territoires se traduit dans la plupart des cas par des dommages écologiques.

    3 –Ces expulsions constituent une flagrante violation des droits de l’homme et les défenseurs de l’environnement devraient s’y opposer.

    4 - Le moyen le plus efficace et le plus rapide de conserver les zones riches en biodiversité est de respecter les droits des peuples indigènes.

    5 -Le monde ne peut plus se permettre de suivre un modèle de conservation qui élimine les peuples indigènes : il porte aussi bien atteinte à la diversité humaine qu’à l'environnement.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :